Albums sans-texte

Focus sur les albums sans-texte !

De Sophie Van Der Linden, critique spécialiste de la littérature jeunesse

C’est quoi ?

Un album sans texte n’est pas, contrairement à ce que son appellation pourrait laisser entendre, un album dont on aurait supprimé le texte. C’est un livre dont le sens ou l’histoire sont uniquement portés par une suite d’images. Initialement conçus pour favoriser la parole de l’enfant (les albums sans texte ont d’abord été utilisés pour l’élaboration de phrases chez l’enfant, faisant suite à l’imagier qui lui, permet d’énoncer des mots), ce type d’album s’est ensuite émancipé de cet objectif pédagogique, et progressivement développé en France depuis le début des années 2000 jusqu’à constituer aujourd’hui un genre à part entière, largement présent en bibliothèque et en librairie, se distinguant par sa créativité.

Pour qui ?

Il existe toutes sortes d’albums sans texte, pour les tout-petits, mais aussi pour les enfants plus grands, et la plupart sont tous publics. Ce ne sont certainement pas des livres réservés aux non-lecteurs de textes. Certains sont particulièrement élaborés et demandent même, pour en tirer tout le bénéfice, d’être un bon lecteur d’image (ce que sont pratiquement tous les enfants avant de devenir uniquement lecteurs de texte).

Comment ça marche ?

C’est dans la liaison d’image à image que se construit le sens. Il s’agit d’images dites « séquentielles » ou « solidaires » : chacune a son utilité, elles se comprennent les unes par rapport aux autres, dans leur suite. C’est donc dans la liaison d’une image à sa suivante que l’on « comprend » le propos. Et il s’agit bien d’abord de comprendre, pas d’inventer : les images aussi savent exprimer un propos et construire un récit. Elles peuvent avoir plusieurs sens, mais pas n’importe lesquels.

Quel intérêt ?

L’album sans texte sollicite des compétences en lecture d’images très différentes – et complémentaires – de la lecture du texte. Le lecteur est résolument actif, c’est lui qui doit construire le récit, mobilisant pour ce faire une activité cognitive conséquente. Ces livres permettent de se familiariser avec le langage de l’image, d’en comprendre les codes, et donc d’être très à l’aise avec les messages iconiques si présents dans notre société. Certains enfants sont plus à l’aise avec ce langage visuel qu’avec le langage verbal, et ces albums leur permettent alors de goûter pleinement des narrations utilisant leur medium favori. C’est enfin une forme de création très inventive, qui s'approche parfois du cinéma et implique une construction du livre élaborée. Elle favorise l’ouverture esthétique et l’imaginaire.

Comment le lire ?

Lorsqu’on est habitué à lire à haute voix des livres aux enfants, on peut être déstabilisés par ces livres où l'on peut croire « qu'il n’y a rien à lire ». Et pourtant ! Dans le cadre d’une lecture à l’enfant, il suffit de tourner les pages, de le montrer en quelque sorte. Mais alors, quand tourner les pages ? Il suffit tout simplement observer l’enfant : lorsqu’il a ce petit mouvement des yeux qui signifie qu'il a compris ce qu’apportait une image à la précédente, on peut passer à la suivante. Doit-on faire silence ? Oui, lors d’une première lecture, il est important de laisser chaque lecteur faire son travail de lecture des images à son rythme. C’est tout le cheminement cognitif qui est intéressant. Si on vous raconte toute l’histoire, cela n’a plus d’intérêt. Par contre, dans un second temps, on peut ouvrir la discussion, comparer les lectures, partager ses émotions, mais ce n’est pas obligatoire.

Le Blog de Sophie Van der Linden (svdl.fr)

 

Sélection des usagers